ARMOIRIES

logo St-Isidore

logo St-Isidore

De sinople à une bande d’or, accompagné d’une rose en chef et d’une charrue en champagne; l’écu est soutenu par deux tresses de feuilles, frêne, érable, chêne et des épis de blé. Au listel de sinople, la devise en or: «Pour qu’il se fait fort».

Le sinople: la verdure des champs
La bande: le baudrier, signe de courage des pionniers
La rose: des armes du Sieur Lemoyne
La charrue: saint Isidore le laboureur
Les feuilles: les arbres spécifiques de la région
Le blé: première richesse du sol.

«Pour qu’il se fait fort»: la devise a été choisie pour manifester qu’aujourd’hui encore, il faut se supporter mutuellement pour avoir une meilleure qualité de vie à l’intérieur de la municipalité.

HISTORIQUE

Paisible municipalité rurale au noyau villageois traditionnel, Saint-Isidore représente la campagne à quelques minutes de la métropole. L’autoroute 30 traverse la partie nord de son territoire et les routes 207 et 221 mènent directement au réseau autoroutier métropolitain. Ici, c’est l’agriculture extensive qui domine le paysage, mais le village accueille quand même quelques nouveaux résidants à chaque année. Enfin, à l’extrémité ouest du village, on retrouve une petite zone industrielle qui se distingue avec quelques entreprises spécialisées en agroalimentaire.

1833 NAISSANCE D’UNE PAROISSE ET CONSTRUCTION DU PREMIER PRESBYTÈRE

C’est avec la construction du premier presbytère que la paroisse de Saint-Isidore accueille l’abbé Joseph Narcisse Trudel, premier curé de la paroisse. Pendant ses quarante ans de service auprès de la municipalité, il se dévouera, en particulier, à l’embellissement de l’église.

1842 LA PAROISSE DE SAINT-ISIDORE FUT ÉRIGÉE CIVILEMENT PAR PROCLAMATION

1845 PREMIÈRE ÉLECTION MUNICIPALE

Antoine Perras, a été élu maire le 1er juillet 1845.

1846 DÉBUT DES ÉCOLES DE RANG

Trois districts scolaires furent organisés à Saint-Isidore : l’arrondissement d’en haut, du village et d’en bas. L’école rurale ne comprenant qu’une classe, l’élève peut progresser à son propre rytme. En juin 1961 eut lieu la fermeture des écoles de rang.

1861 BIBLIOTHÈQUE PAROISSIALE

La première bibliothèque paroissiale voit le jour et compte 300 volumes.

1876 CONSTRUCTION DE L’ÉGLISE ACTUELLE

C’est au printemps 1876 que débutent les travaux de construction. L’église de Saint-Isidore fut conçue par le célèbre architecte Victor Bourgeau et est aujourd’hui classée B par le Conseil du patrimoine religieux, ministère de la Culture, ce qui confirme le caractère exceptionnel de son architecture et des œuvres sculpturales qui la décorent.

1881 CONSTRUCTION D’UN DEUXIÈME PRESBYTÈRE

La fabrique obtenait l’autorisation pour faire bâtir un nouveau presbytère d’après les plans de Victor Bourgeau. En 1982, le Conseil municipal loue la moitié du presbytère et en 2004, il en fait l’acquisition.

1900 CRÉATION DU CERCLE AGRICOLE

Le cercle agricole de Saint-Isidore s’est constitué le propagateur des bonnes méthodes de culture et d’élevage. Ce fut le plus puissant médium d’instruction agricole de l’époque et les cultivateurs de Saint-Isidore lui doivent un bonne part des progrès qui se sont réalisés en agriculture.

1937 FONDATION DE LA CAISSE POPULAIRE

Il fut décidé de fonder une société d’épargne et de crédit. En 1971, le Conseil d’administration décide de construire notre caisse actuelle afin d’assurer le développement et l’implication de la caisse dans son milieu et de donner tous les services.

1945 PREMIER CORPS DE POMPIERS VOLONTAIRES

Dans la nuit du 5 au 6 novembre, l’école du village qui contenait quatre classes a été complètement détruite par le feu. Ce fut la première intervention des pompiers volontaires. En 1971, eu lieu l’inauguration de la caserne actuelle.

1972 SERVICE TÉLÉPHONIQUE

Le 7 août, le Conseil municipal donne son appui à la compagnie Bell pour l’établissement d’un service téléphonique sans frais interurbains entre Saint-Rémi, Saint-Constant, Châteauguay et Montréal.

1980 INAUGURATION DU RÉSEAU D’AQUEDUC ET D’ÉGOUTS

De mai à octobre, ont lieu les travaux de construction du réseau d’aqueduc et d’égouts sanitaires. L’inauguration du réseau fut le 8 novembre sous la présidence du maire, Isidore Primeau.

Aujourd’hui comme hier, on peut dire que les Isidoriens, Isidoriennes ont gardé leur légendaire fierté et qu’ils savent « relever le gant.» Préserver cet héritage est notre défi pour l’avenir.